• Le grain de Riz

    Le grain de Riz

    Le Grain de Riz de Marlène Laffarge

     

     

    Présentation de l'éditeur

    Richard voit sa vie s'effondrer lorsque sa femme, Mariette, tombe dans le coma à la suite d'un accident. Par miracle le bébé qu'elle attend n'a rien, et la grossesse se poursuit alors que le coma de Mariette se prolonge. Richard en est soulagé, malgré l’annonce que son bébé est atteint d'une anomalie. Quelle n'est pas sa surprise, à la naissance de sa fille, de constater que la médecine s'est trompée: celle-ci est normale...
    Mais il va devoir faire face à une autre découverte alors que sa femme ne se réveille toujours pas: sa fille ne parle pas.
    Pour se procurer ce livre, rendez-vous sur le lien du blog de Marlène Laffarge:
    Page après page - Marlène Laffarge, auteure
    ou sur Amazon en ebook :
    Le grain de riz Broché

     

    Un commentaire Amaz**

    "Superbe roman à lire avec plaisir
    Belle histoire , émouvante et réelle si on y croit .
    Bravo Marlène Laffarge"

     

    Le grain de Riz

     

     

    Je commence ma critique, alors que je suis en train de lire le chapitre 11.

    Jusqu'à présent j'ai vraiment « aimé » ce que j'ai lu, cet enfer que des gens vivent au quotidien (actu en ce moment aux USA)…. Enfin autant qu’il soit possible d’aimer un cauchemar … L’auteur nous captive et ne nous lâche plus…

    J’ai eu mal pour Richard, qui se retrouvé plongé dans la tragédie la plus poignante qu’un couple puisse vivre …

    Mais là un nouvel événement vient rebondir et nous happer plus fort encore.

    Comme j'aimerais croire cela possible... L'amour maternel est tellement fort que .... Pourquoi pas... finalement qui sommes-nous pour affirmer tout savoir sur ces phénomènes étranges …

    Extrait « Quand l’étrange est donné en ordonnance, alors il n’y a plus d’étrange »… ou quand le rationnel rejoint l’irrationnel…

    Nous rentrons là dans un roman d’une tout autre dimension. Comment fonctionne un patient dans le coma ? Et pourquoi ce qui se passe dans le livre ne serait pas vrai ? Nous en savons si peu, mais moi j’ai vraiment envie de croire à cette si belle histoire. Pour l’avenir et pour ceux qui le vivent…

    Non je ne suis pas une fofolle qui vit dans un monde imaginaire !

    Chapitre 17, « comment raconter l’incroyable ? Comment expliquer ce qui paraît inimaginable ? Comment faire accepter ce qui semble impossible ?.... »

    Conclusion 

    Ce livre est une boule d’amour à l’état pur. On y trouve des parents, un enfant, des amis, un sacrifice, des questions et toujours de l’amour. J’en pleure en lisant la « presque fin », en sachant qu’une autre n’aurait pas été possible.

    Je remercie l’auteur, Marlène Laffarge, pour cette sublime histoire, et tout en sachant qu’elle est imaginaire, je me demande … Jusqu’à quel point...

     

    Deux mots pour terminer : Lisez-le !

     

     

    Le grain de Riz

     

     

    Mention spéciale pour ce livre

    Le grain de Riz

     

     

     

     

    « Le cercle des confidentesLe temps des cerises... pourries: Terra Divina : Saison 1 - Épisode 1 »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 1er Février 2014 à 23:11
    Amanda Castello

    Voici mon commentaire complet puisque j'ai vu que vous en avez mis un extrait mais sans mon nom.

    Le Grain de Riz de Marlène Laffarge

    (J'ai pris mon temps, Marlène, mais voici mon commentaire que j'ai mis aussi sur Amazon. J'espère que cela te fera plaisir. C'est ce que je pense et ressens après avoir lu ton livre. Merci de l'avoir écrit.).

    Il y a des romans qui vous poursuivent. Vous les avez suivis à la trace, vous les avez même harcelés tant ils vous tenaillaient. Un jeu de cache-cache. Quand vous pensez être maitre de la situation, ils suscitent votre curiosité, semant un doute, et vous entrainent de nouveau à leur quête. Comment remettre la suite au lendemain ? Comment refermer le livre malgré l’heure indue ? Et comme nous tous, passionnés de littérature, libres-dépendants, vous avez négocié avec la partie raisonnable de votre être « encore un chapitre… je dois savoir… impossible de dormir sans comprendre… le fera-t-elle ?... et lui, comment osera-t-il ?... mais pourquoi n’y va-t-il pas ?... reviendra-t-elle ?... » Et voilà, pris au piège, vous devez vous rendre à l’évidence. Vous avez compris que le livre vous tient et ne vous lâchera plus. C’est ce qui s’est passé avec « Le Grain de Riz » de Marlène Laffarge.

    Une histoire inventée ? Peut-être… probablement. Et pourtant, une histoire fréquente, trop fréquente. Les conséquences d’une distraction, un accident qui change définitivement la donne, un tsunami dévastant. Plus rien ne sera plus jamais comme avant. L’histoire pourrait se résumer à un banal rapport de police, à un dossier médical froid et méticuleux, à la narration d’une souffrance poignante, celle d’un mari dont la vie semble s’arrêter malgré la survie de la jeune épouse enceinte mais désormais dans un état comateux.

    Les ingrédients du drame sont tous là. La fatalité, le sens de l’injustice, la révolte contre un sort cruel mais… il y a un mais. L’histoire rebondit dans une dimension parallèle, celle des personnes en état d’inconscience, de coma ou tristement dénommé en « état végétatif ». Que se passe-t-il derrière le masque impassible d’un visage inexpressif, d’un corps inerte où même l’amour d’un homme assoiffé d’espoir n’arrive pas à lire le moindre signe de cognition ?

    L’auteure laisse-t-elle vagabonder une imagination débordante pour décrire sentiments et émotions que la jeune mère comateuse éprouve envers l’enfant qu’elle porte en elle et qui va naître ? D’où sort-elle cette réalité que je ne puis dévoiler où se mêlent tendresse, clairvoyance, amour, prévision, amitié, solidarité entre des mondes qui se côtoient sans pouvoir communiquer réellement entre eux ?
    Le leitmotiv, la clé de voute de ce roman est l’Amour. Un amour pur aux mille facettes où l’attachement égoïste n’a pas sa place, où le don de soi est total et accompli, où la générosité désintéressée coule à flot, un flot dont seules les âmes entendent le murmure de ce courant divin. L’amour, le seul, l’unique, l’amour inconditionnel, celui qui se rapproche le plus de l’amour de Dieu. Quelques rares « humains » ont la sensibilité et l’humilité suffisantes pour se poser les justes questions et sortant de leur rationalisme étroit, arrivent à percevoir ce qu’une enfant sait depuis toujours : que le Monde de l’Invisible interagit avec celui où nous évoluons. Je ne peux en dire plus pour ne pas trahir la pensée de l’auteure et vous gâcher la découverte.

    Marlène Laffarge a certainement été guidée pour écrire ce roman. Elle nous fait éprouver ce que ressent celui ou celle qui ne peut plus se manifester au moyen de signes décodables par les autres, ces autres aimants qui ne savent, ne peuvent, ne veulent et parfois fuient ce rapport trop lourd à gérer émotionnellement. Je travaille en soins palliatifs et en accompagnement à la fin de la vie. J’ai fréquenté des salles de réanimation et j’ai formé le personnel soignant pour les aider à ne pas perdre la relation avec la personne objet de leurs soins, même si apparemment celle-ci ne semblait plus répondre aux critères de la relation que nous définissons comme telle.

    Le Grain de Riz pourrait proposer une autre lecture possible. En lisant ce livre, je revoyais des patients et des patientes attachés à des machines complexes et bruyantes, devenus malgré eux parties intégrantes de celles-ci. Je me rappelais les regards désemparés des familles et des amis perdus dans cet univers aseptisé, froid et hostile. Que de douleur incomprise, de souffrance banalisée, d’impuissance et d’attente déshumanisée… On est là sans y être… On espère sans y croire... on désire sans vouloir… On en peut plus… on souhaiterait que ça finisse mais on ne le veut pas…

    La frontière est apparente, mais la terre qui se trouve au-delà échappe à l’entendement. Aucun appareil parmi les plus sophistiqués actuellement, aucune technologie ne sont en mesure de définir avec certitude l’absence totale de conscience. Le mot d’ordre dans les soins palliatifs est « guérir quand on peut, prendre soin toujours ». C’est la différence entre « to cure » et « to care ». Le « caring » est cette approche aimante et respectueuse, celle qui permet de redécouvrir une autre forme de relation dans le soin, de rendre ou préserver la dignité de la personne jusqu’à la fin. Prendre soin s’associe à ce que l’on nomme aujourd’hui le « maternage ».

    Marlène Laffarge a su nous faire entrer dans ce monde fait du silence apparent de la non communication, mais elle a levé un voile pour nous faire apercevoir la lumière d’un amour infini qui vainc la finitude. Ce roman parle de vie, d’espoir, de lutte, de douceur, d’intuition, de spiritualité. Ce livre rappelle la valeur du libre arbitre, la responsabilité d’un choix, l’importance du respect d’un engagement. Un livre à lire et à offrir. Un livre-douceur qui caresse l’âme.

    Amanda Castello - Janvier 2014
    http://techniques-de-relaxation.amandacastello.com/

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :